La phonétique en jouant

La phonétique en jouant

Éduquer le souffle 3

Précepte 3

Apprendre une langue c’est éduquer le souffle

 

Lorsqu'on respire, on inspire et on expire. On parle sur l'expiration (une seule langue africaine parle sur des inspirations), ce qui signifie que l'on prend suffisamment d'air pour prononcer ce que l'on a à dire (ou à lire).

Mais on gère sa respiration en fonction de la langue maternelle, il faut donc réapprendre à gérer sa respiration en fonction de la nouvelle langue.

 

La gestion de la respiration permet de contrôler les pauses, et permettra la mise en place de la tension croissante chez des locuteurs étrangers. Cette éducation du souffle est donc indispensable.

De même la régularisation de l’expiration permet l’allongement des groupes rythmiques

Toutes les modulations rythmiques et mélodiques de la parole (groupements, pauses, tempo, débit....) passent par un dosage du souffle.

 

Les pauses sont indispensables à la perception du rythme et par voie de conséquence, des pauses mal placées peuvent détruire la structure prosodique d’une langue et la rendre “indécodable”.

 

La pause a une première fonction biologique et elle a une fonction syntaxique c’est à dire qu'elle marque une frontière.

Un groupe de souffle est un groupe de syllabes que l'on prononce dans un seul souffle sans pause. Chaque langue possède des groupes de souffle différents, par exemple certaines langues ne prononcent que 4 à 5 syllabes (espagnol par ex) dans un groupe de souffle (qui est aussi un groupe rythmique). Chaque langue a donc une façon différente de  gérer le souffle.

En français, on prononce de une à 7 syllabes dans un groupe de souffle (c’est à dire sans reprendre son souffle, sans marquer de pause). On va pratiquer des exercices pour arriver à gérer ce souffle et pouvoir prononcer 7 syllabes dans un groupe de souffle.

 

Gérer le souffle

  • Seul on se détend et on respire lentement, on souffle par la bouche
  • En groupe de 3  ou 4 personnes  on se tient par les épaules, on respire lentement on cherche un souffle commun.

Gérer le souffle : gérer la quantité d’air et gérer le débit

Ces exercices sont à faire souvent, dans l’idéal à chaque cours, le professeur compte 1/2/3 etc….

 

Exercice 1    on inspire (pas trop quand même pour que cela ressemble à de la respiration "normale", le professeur compte les saccades d'expiration : par exemple 2 : pff, pff)

    • Rythme 2 on inspire on souffle en deux fois
    • Rythme 3 on inspire on souffle en trois  fois
    • Rythme 4 on inspire on souffle en quatre fois
    • Rythme 5 on inspire on souffle en cinq fois
    • Rythme 6 on inspire on souffle en six fois
    • Rythme 7 on inspire on souffle en sept  fois

 

Il sera difficile pour certains apprenants de gérer leur souffle pour souffler 7 fois.  Ils seront donc incapables de prononcer 7 syllabes à la suite. On sait que les professeurs de FLE scindent les phrases en deux avec des débutants car ils ne peuvent prononcer toutes les syllabes. 

par ex : il ne  fait pas beau aujourd'hui

il/ne/fait/pas/beau/au/jour/d'hui = -> 8 syllabes 

réduites à 7 syllabes si l'on dit  = i/nfait/pas/beau/au/jour/d'hui

- avec des débutants on scindera la phrase en il/ne/fait/pas/beau // au/jour/d'hui  c'est à dire 5 syllabes + 3 syllabes

ce qui leur permettra de respirer entre les deux parties de la phrase (car ils ne gèrent pas encore le souffle)

- un étudiant avancé devrait pouvoir dire cette phrase sans avoir à respirer c'est à dire 7 syllabes

 

Exercice 2

    • Rythme 2/2 on inspire en deux fois /on souffle en deux fois
    • Rythme 3/3 on inspire en trois fois /on souffle en trois fois
    • Rythme 3/3 on inspire en trois fois /on souffle en trois fois
    • Rythme 4/4 on inspire en quatre fois /on souffle en quatre fois
    • Rythme 5/5 on inspire en cinq fois /on souffle en cinq fois
    • Rythme 6/6 on inspire en six fois /on souffle en six fois
    • Rythme 7/7 on inspire en sept fois /on souffle en sept fois

 

Exercice 3 : On prononce des groupes de souffle

On fait un tour de table. Une personne dit un verbe : il pleut, le suivant reprend et ajoute quelque chose, on arrive à 7 syllabes sans faire de pause. Les étudiants sont déroutés au début mais prennent très vite le rythme et comptent les syllabes sur leurs doigts.

 

Exemple : il pleut (2 syll.) / il pleut fort (3 syll) / il pleut très fort (4 syll) / il pleut aujourd’hui (5 syll) / il pleut fort aujourd'hui (6 syll) / il pleut très fort aujourd'hui (7 syll).

 

Exemple : Je parle (2 syll)/ je parle le français (5 syll)/je parle mal le français (6 syll) je parle très mal le français (7syll).

 

Pour aller plus loin :

 

Retour : //la-phonetiqueenjouant.blog4ever.com/

 



31/03/2014

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres